Le témoignage de DaK'AZ


Je suis séropo depuis 18 ans, fin 85 pour être précis. 
A l'époque on ne parlait pas encore du V-I-H, on était L-A-V positif, où négatif dans le meilleur des cas.
Et bien rare, fut le meilleur des cas pour toOte une génération d'homo et de toxico durant cette période.
Grâce au "Majestueux" I'm allway's there!!!

Voila 5 ans que je ne prends plus d'héroïne, drogue à laquelle j'ai offert 20 ans de ma vie.
Je prend actuellement un trithérapie depuis 2 ans (Kaletra/Combivir, contenant de l'AZT).
En faite, j'en suis à ma toisième combinaison de molécules sur les 18 existantes (sachant que mon "virus" n'est encore resitant à aucune) non pas que je ne les supportes pas...
Au contraire...
Je boufferais des smarties ce serait la même.
Pas la moindre diarré, pas le moindre effet secondaire immédiat.
Juste que quand c'est pas les T4, c'est la charge virale et quand c'est pas la charge virale, c'est les T4...
Bref, je bouffe des trucs pour nuts, que dalle, pas la moindre amélioration dans mes resultats d'analyses, juste quelques fluctuations (60/190 T4 ------ 5 000/ 1 500 000 copies C-V).
Pourtant, et à l'exception d'un "mico-virus" attrapé au vol, 3 T4 dans le sang il y a deux ans, (oui vous avez bien lu, 3 T4) raisons de ma mise sous traitement, je ne suis jamais malade.
Et pour vous dire la vérité, je ne l'ai jamais vraiment été les 15 années ou j'ai refusé d'être traité. Je précise 15 année car j'ai passé une année au "Patriarche" ou j'ai été traité AZT + 3TC, le must thérapeutique de l'époque...
Ne m'épargnant pas cela dit, d'un "Zona", anéanti à base de 2h de perf de "Zovirax" quotidien, one week long.

WoOuarffffff!!!

Depuis ma plus tendre enfance, je n'ai jamais supporté d'être malade et de devoir resté cloué à la maison.

J'imagine que vous comprenez mieux maintenant pourquoi j'ai devoré ce topic.

D'autant plus que depuis 5 jours j'ai arrété mon traitement.
Mais SVP n'allez pas pensez que c'est à cause de ce topic, non.
ToO simplement parce que j'en ai marre, ça me saoule ce sentiment de pisser dans un bignoO...

Comme je vous l'ai dit, j'ai été 15 ans refractaire à tous traitements.
Décidé à frapper dans le mur si nessécaire.
Juste pour voir...
Et croyez moi, je ne suis pas joueur au sens flambeur du terme.
J'ai pris ce risque sciament car je n'avait aucune confiance en des gens qui ne semblaient pas en savoir plus que ça, finalement, sur le bordel.

Je vous avouerai cela dit, que votre lecture n'a faire que confirmer ce que mon coeur m'a toujours souflé à l'oreil, mais je le repéte, elle n'est pas la raisons de la decisions de mon arret.

D'autre part et là je sais que je vais probablement m'attirer les foudres de certains...

Les premières années de ma séropositivité, étant trop lâche pour le dire à mes partenaires.
Je ne dirais pas trop jeune...
Trop lâche est le terme éxacte!
J'ai continué à avoir des relations sexuelles non protégés, sans les prevenirs.
Je vous avouerais que je ne couchait pas avec 3 nanas toutes les nuits, non!
J'ai en faite eu 3 relations serieuses.
Une de 3 ans, une autre de 3 ans et une qui dura un peu plus d'un ans...

Et devinez quoi ?

Bon, je fait le flambard mais vous ne savez pas à quelle point je rend "Grâce".

Aucunes de ces jeunes femmes, que j'ai aimé et j'en vois crier au scandale derrière leurs écrans, cepandant que j'ai aimé ne vous déplaise, ne fut contaminées.

S'en suivir 6 années d'abstinance et de refléxions et oui ça aussi c'est possible...

Depuis 7 mois j'ai rencontré mon "Anges" parmis les Anges, une scientifique, avec qui j'ai des relations protégés... Et je vous rassure, malgré ce que j'ai lu, et bien qu'elle soit dans votre résonnance sur nombre de point, nous continuerons à les envisager ainsi.


Peace

 


RETOUR Á T─MOIGNAGES RETOUR Á L'INDEX CONTACTS NOS PUBLICATIONS COMMANDES et DONATIONS