Recommandations aux personnes testées séropositives

Les divers symptômes liés à l'immunodéficience réunis sous le nom de SIDA ne sont pas dûs au seul contact avec le HIV. Ils résultent d'une sécrétion continue d'hormones générant le stress par les glandes surrénales provenant d'une fréquente consommation de drogue, de stress psychique permanent, d'une nutrition erronée élevée en sucre et indirectement, de réactions inflammatoires souvent répétées et d'un taux de fer surélevé persistant.

Cette sécrétion permanente d'hormones générant le stress produit d'une part de continuelles lésions du thymus qui inhibent considérablement la production de lymphocytes T-4 nécessaires à la reconnaissance et à la destruction d'agents pathogènes par les cellules T et autres lymphocytes et ralentissent d'autre part la production de l'interleucine 2 responsable de la multiplication rapide des cellules immunogènes. Si cet état de stress se poursuit assez longtemps , le système immunitaire est progressivement paralysé et il se produit une dégénérescence des cellules (tumeurs malignes, cancer).

L'activation continue des cellules macrophages, résultant d'inflammations répétées et d'un taux de fer surélevé par suite d'une forte consommation de tabac, d'une nourriture riche en viande, de traces de métal lourd dans les aliments, de transfusions sanguines répétées et de troubles de menstruation, peut libérer divers agents pathogènes normalement isolés dans les cellules macrophages (HIV, herpès, cythomégalie et tuberculose) qui se propageront, laissant libre cours à la maladie.

Pour garantir l'oxygénation dans les zones extra-cellulaires, limiter la résorption du fer et favoriser la résolution des complexes immunitaires, il faut prendre des antioxydants tels que le PADMA 2, il faut en outre réduire le stress, absorber une nourriture riche en fibres et pauvre en sucre et viande. Ainsi, la sécrétion continue d'hormones générant le stress et l'activation des cellules macrophages pourra être corrigée au fur et à mesure, pour que la formation de lymphocytes T-4 dans le thymus, la multiplication de cellules immunogènes appropriées et l'isolation d'agents pathogènes opportuns dans les cellules macrophages puissent être maintenues de manière optimale.

De plus, pour optimiser le pouvoir défensif, il est important d'assurer au apport suffisant en polynucléides provenant de préparations à base de levure (activité défensive), en acides gras oméga-3 provenant de l'huile de tournesol ou de chardon, préssée à froid ( activité en zone périphérique des cellules), en arginine provenant de protéines de soja (destruction intercellulaire d'agents pathogènes), en antioxydants végétaux - colorants naturels de la salade, des légumes et du thé vert (liaison des radicaux d'oxygène provenant du processus de combustion dans le corps),en vitamines A,B6, B12, C et E ainsi qu'en oligo-éléments : zinc, sélénium, cuivre et magnésium.

Le test détectant les anticorps au HIV peut, malgré des contacts répétés avec ce virus, rester négatif chez des personnes résistantes. Un résultat positif peut indiquer que, dans un système immunitaire stressé, des agents pathogènes opportuns (c.a d. le HIV) sont sortis de l'isolation des cellules macrophages et que des anticorps se sont formés. La capacité immunitaire chez une personne testée séro-positive peut être déterminée en mesurant le profil des hormones, le taux de fer dans le sang, l'allergie cutanée et en pratiquant le test appelé Néoptérine qui montre l'activation des cellules macrophages. lors d'une immuno-réaction normale, les lymphocytes T-4 se déplacent dans la mo'lle osseuse ; leur nombre ne peut donc être déterminé.

Des médicaments destructeurs de cellules tels que l'AZT ou le Rétrovir, lèsent le thymus dans lequel se forment les lymphocytes T-4, la muqueuse intestinale vitale pour la résorbtion des aliments et la mo'lle osseuse produisant le sang. Très vite, des transfusions sanguines deviennent nécessaires, augmentant ainsi les risques d'infection.

Les personnes testées séropositives peuvent largement se défendre (en phase ARC, comme le démontrent des expériences portant sur près de 10 ans) contre les infections virales et bactériennes et, en observant les règles ci-dessous, rester en bonne santé. Sur cette base, il est possible d'utiliser des antibiotiques pour un temps limité.

Voici ces règles :

- Réduire le stress de manière ciblée (training autogène, stretching) ;

- Mener un style de vie décontracté, axé sur sa propre expérience et situé dans un environnement relationnel stable, tout en se ménageant des moments de détente après l'effort physique et/ou psychique.

- Discuter avec un psychothérapeute ou en groupe de ses problèmes relationnels, sexuels et professionnels et de leur rapport éventuel avec la discrimination et des comportements intériorisés antérieurs.

- Appliquer une prophylaxie anti-infectieuse conséquente (safe sex, éviter le surmenage, les refroidissements et les blessures répétées).

- Renoncer à une fréquente consommation de drogues en cas de difficultés relationnelles ou pour repousser les limites de la performance physique : Extasy, amphétamines, héro ne, coca ne, poppers, psychotropes, alcool, nicotine, hachisch, forte consommation de sucre et de café.

- Préconiser une nourriture riche en fibres naturelles, très pauvre en sucre, exempte de gibier, de viande de boeuf, de mouton, de porc, d'abats et de charcuterie (riches en fer), comprenant quotidiennement des fruits, des légumes et des hydrates de carbonne (pomme de terre, riz, millet, maïs, et céréales complètes allégées), du poisson et des produits dérivés du soja, peu de viandes blanches, veau ou poulet, de l'huile de tournesol ou de chardon pressée à froid.

- Prendre des antioxydants : PADMA 28 (produit immunomodulateur à base de plantes, 1x3 à 3x3 comprimés par jour), des polynucléides (préparations à base de levure 3x1 cuillères à soupe ou un comprimé par jour), fibres végétales pour la régulation du gros intestin (papaye, agar agar), des vitamines A, B6, B12, C et E et des oligoéléments tels que calcium, zing, sélénium, magnésium etc. (Par exemple Jemalt de Wander), des enzymes pour influencer la phagocytose en cas d'infection (Wobenzim 3x1 à 3x10 comprimés par jouret des préparations à base de plantes pour influencer les processus de régulation au niveau du tronc cervical (Phytohypophyson de Steirl ou Phytimmum).

Depuis 1989, nous demandons que des recherches sur ces thérapies préventives des systèmes immunorestitutifs soient entreprises par des instituts nationaux reconnus.

Les travaux scientifiques (disponibles en anglais) sur lesquels reposent ces recommandations peuvent s'obtenir auprès du :

Groupe d'Etudes sur les Thérapies du SIDA
Félix de Fries, Baslerstrasse 106, 8048 Zurich - Tel/Fax 41 1 401 34 24

Source d'approvisionnement pour le PADMA 28 :
Stadelhofenapotheke, Goethestrasse 22, 8001 Zurich - Fax +41 01 251 45 47


RETOUR Á THčRAPEUTES RETOUR Á L'INDEX CONTACTS NOS PUBLICATIONS COMMANDES et DONATIONS